Sélectionner une page

Il y a un paradoxe : les grands débats sur la publicité, ses techniques, ses images, ses mensonges, leurs conséquences sur les représentations, etc, qui nourrissaient nos interrogations à l’époque de la croissance économique, se sont faits bien rares. Comme si la cause était entendue ou qu’ils étaient devenus superflus en temps de crise. Pourtant, en même temps qu’elle se retirait de la scène en esquivant ses projecteurs, la publicité s’est comme gazéifiée pour imprégner, et peut-être asphyxier la totalité de nos existences.

Cet article sera prochainement développé